CYBERGUERRE

Elon Musk & co demandent à l’ONU l’interdiction des robots tueurs

Des experts de l’intelligence artificielle réclament à l’ONU une interdiction des armes autonomes ou plus couramment désignés comme robots tueurs. Les spécialistes mondiaux de l’intelligence artificielle montent au créneau de l’éthique. 116 experts en IA et Elon Musk ont adressé une lettre à l’Organisation des Nations Unies pour demander l’interdiction des « robots tueurs ». Si l’intelligence artificielle concourt au bien de l’humanité, elle peut aussi participer à la création d’armes particulièrement destructrices. Dans leur missive, les experts indiquent, « les armes autonomes létales menacent de devenir la troisième révolution dans la guerre. Une fois développées, elles permettront des conflits armés à une échelle jamais vue auparavant et à des vitesses difficiles à concevoir pour les h...

Flashpoint : le renseignement au service de la cybersécurité

A l’origine pour lutter contre le terrorisme, FlashPoint utilise son expertise d’infiltration du Dark et Deep web dans le cadre de la cybersécurité. « Derrière les attaques, il y a toujours des humains », explique Gaël Barrez, responsable EMEA de Flashpoint. Cette société américaine a décidé de conquérir l’Europe et la France en particulier, après avoir fait ses preuves aux Etats-Unis. Elle est née au début des années 2000, « après le traumatisme des attentats du 11 septembre, les agences de renseignement ont demandé à des spécialistes d’aller voir ce qui se passer sur Internet et sur les réseaux sociaux dans le cadre de la lutte anti-terroriste, cette structure est devenue Flashpoint », indique le dirigeant. Puis à la fin des années 2000, « le mode de communication des criminels à bascule...

Hacking Team a travaillé sur des drones hackers de WiFi

Dans la liste des messages piratés de Hacking Team, certains font état de discussions avec Boeing pour équiper des drones avec un équipement capable de craquer les réseaux WiFi et faciliter ainsi l’espionnage. Pendant que l’enquête continue en s’intéressant notamment à des ex-employés de Hacking Team, la lecture des messages piratés constitue une vraie liste à la Prévert. On savait que la firme italienne était capable de craquer n’importe quel logiciel, de découvrir des failles zero day sur flash d’Adobe ou Java d’Oracle ou bien de fournir à des Etats des outils de surveillance. Le site Intercept a trouvé maintenant une correspondance du directeur technique de Hacking Team datant du 1er juillet 2015. Marco Valleri fait un point sur différents sujets, ainsi que sur la roadmap des prochains ...

Une app Android pour traquer l’ennemi : comment le cyber s’invite dans la guerre

Les Fancy Bear, ce groupe de hackers que les Américains estiment étroitement liés à Moscou, auraient piraté une app Android de l’armée ukrainienne. Pour mieux détruire son artillerie. Après s’être penché sur le rôle des Fancy Bear, un groupe de hackers réputé lié au renseignement militaire russe (GRU), dans les opérations visant à révéler les secrets du camp démocrate lors de la campagne présidentielle américaine, Crowdstrike s’intéresse à ses activités sur un autre front, l’Ukraine. Et les découvertes de la société américaine s’apparentent à un cas d’école de la manière dont le cyber peut venir s’intégrer dans des conflits armés traditionnels. En suivant les traces de X-Agent (ou Sofacy), le kit préféré des Fancy Bear, Crowdstrike est remonté, à la fin de l’été dernier, à « un curieux pac...

Close